Découvrir

Au plus près de Sankta Lucia

Le mercredi 13 décembre, on fêtait Sankta Lucia (Sainte-Lucie) en Suède, probablement la tradition la plus aimée des suédois, a égalité avec Midsommar. En tant que membre de la chorale Gudrunkören à Lund, j’ai pu vivre au plus près cette fête lumineuse et chaleureuse…

Capture d_écran 2017-12-15 à 09.05.04

« Kom glad och hjärtevarm! » (Julvisa, de Sibelius, 1887)

La fête de la Sainte-Lucie, Sankta Lucia en suédois, tire son origine de Sainte italienne Lucie de Syracuse. Elle est aujourd’hui célébrée principalement en Scandinavie et en Europe méridionale, mais son ampleur en Suède est unique. Il fut un temps ou cette fête coïncidait avec le solstice d’hiver. Aujourd’hui, Lucia est restée l’image de cette sainte qui apporte la lumière durant les jours les plus sombres et froids de l’année, grâce à ses « vita ljus ».

La plupart des villes, des écoles ainsi que les nombreuses chorales de Suède élisent une ou plusieurs Lucia, qui porte dans la tradition une couronne de bougies et est suivie de ses « tärnor » (sorte de demoiselles d’honneur) et des « stjärngossar » (les garçons qui portent généralement des chapeaux ornés d’étoiles dorées), tous vêtus de blanc. Étant à l’origine une célébration religieuse, certaines théories évoquent des anges gardiens ou des saints. Quoi qu’il en soit, les processions de Sainte-Lucie (Luciatåg) ont lieu un peu partout ce jour-là, que ce soit à l’extérieur sur les places principales de villages, ou bien dans des écoles, églises et salles de concerts.

 

On célèbre donc la lumière (Lucia vient du latin lux, lumière) tout en marquant le début de la période de Noël, comme le témoignent les chants.

Les chants traditionnels ont une place majeure dans cette célébration. L’incontournable Sankta Lucia, chanson à l’origine napolitaine dont il existe plusieurs versions en suédois (la plus commune étant Sankta Lucia, ljusklara hägring), est chantée généralement au début et à la fin de la procession. On trouve aussi l’international Still natt, heliga natt (Douce Nuit), ou encore le très célèbre Jul, jul, strålande jul, qui glorifie la fête de Noël, lui demandant de nous apporter joie et paix.

On peut citer aussi Sankt Staffansvisa, racontant l’histoire d’un saint et de ses cinq chevaux. On entend parfois même des versions suédoises de chants traditionnels français, comme Såsom en aning av ett under (« fransk julsång » du 17ème siècle, Quelle est cette odeur agréable) chanté par une soliste accompagnée du chœur masculin.

Et enfin, je me devais d’évoquer ma préférée, la plus touchante pour beaucoup, Koppången. Le titre se réfère à un lieu du Dalarna (région historique et très populaire en été, au centre de la Suède).

25434413_1243774885766654_1163589877_o

En direct de Lund lors de la cérémonie

La ville étudiante de Lund ne fait pas exception. Les chorales étudiantes sont si nombreuses que parfois, plusieurs d’entre elles se réunissent pour une performance commune, comme c’est le cas pour ces 3 chorales de l’université (Gudrunkören, Lunds Akademiska Kör, Malmö Studentkör), voir photo ci-dessus.

L’hiver suédois a quelque chose d’unique… c’est son côté chaleureux. Oui, vous avez bien lu. Je n’avais jamais autant apprécié l’hiver que dans le pays du glögg et des pepparkakor. Et la Sainte-Lucie est un beau symbole de cela. Lucia est plus qu’une légende chrétienne devenue un symbole de la culture suédoise. Elle représente aussi l’arrivée de Noël, et ses chants parlent de ce qui réunit les gens dans le rude hiver scandinave : la chaleur humaine, la joie ou le simple confort (mysig) trop souvent sous-estimé d’être rassemblé autour de chandelles auprès de ceux qu’on aime.

Allez, finissons sur un extrait de Koppången qui illustre plutôt bien mon propos :

”Ett sekund, är jag evig och sen vet jag inget mer… bara ett, att jag lever lika fullt som någon annan. Jag är här och mitt på en frusen väg finns det varme andå… Fastän snön borjat falla och himmelen blir grå.”

(« En cette seconde, je suis éternel et je ne sais rien de plus… seulement ça, que je vis aussi pleinement que quiconque. Je suis là, et au milieu d’une route gelée, il fait chaud quand même… bien que la neige ait commencé à tomber et que le ciel se soit assombri. »)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s